Tout le monde est conscient que pour réussir, il faut travailler dur. Toutefois rentrer chez soi tous les soirs dans un état d’épuisement physique et psychique pour devoir encore retourner au travail le lendemain sans avoir récupérer complètement, n’est pas l’idéal. Ce n’est d’ailleurs pas le but d’une journée de travail. La pression au travail est un élément qui plutôt que d’être toujours productif, peut devenir nuisible à la santé du travailleur mais également à la croissance de l’entreprise. Comment gérer la pression au travail ? Découvrez dans cet article comment gérer la pression au travail.

Pression au travail : Définition

Pression au travail - C'est quoi
Pression au travail – C’est quoi

Le concept de pression au travail renvoie à l’idée d’accomplir une grosse quantité de tâches en un temps très court. Autrement dit, cela implique une quantité spécifique de travail à exécuter correctement dans un laps de temps spécifique. Lorsque la pression au travail est saine, elle induit un bon stress. Cela veut dire que vous disposez d’assez de temps pour exécuter la quantité de travail qui vous est donnée. Dans le cas d’une trop grande quantité de travail à accomplir dans un délai trop court, on parle de pression de travail trop élevée. Cette pression engendre un mauvais stress. Et lorsque rien n’est fait pour que cette pression cesse, le sujet peut être victime d’un burn-out.

Astuces pour gérer la pression au travail

Comment gérer la pression au travail
Comment gérer la pression au travail

Il en existe plusieurs. Il vous suffira de choisir celles qui vous conviennent le mieux. Voici notre liste des astuces pour gérer la pression au travail. Elles sont comme des étapes à suivre.

1. Prendre la situation au sérieux

Selon vous, à quoi équivaut une charge de travail excessive ? Dans la mesure où vous n’êtes pas paresseux, la charge de travail devient excessive lorsqu’elle dépasse les limites, dès que vous disposez systématiquement de moins de temps pour mener à terme et bien, les projets ou tâches que l’on vous confie. Par ailleurs, on peut parler d’excès de travail lorsque les attentes que vos supérieurs ont vis-à-vis de vous, dépassent le niveau de vos connaissances et compétences. Dès lors, vous serez constamment en retard dans l’exécution de vos prestations. 

Si vous commencez à vous sentir de plus en plus stressé, à oublier les choses que vous devez faire et même à sentir des douleurs physiques, sachez que votre charge de travail devient excessive. Bref, il serait temps de tirer sur la sonnette d’alarme si vous êtes convaincu que vous n’avez plus le contrôle  de la situation.

2. Aller au-delà des signes

A présent que vous êtes conscient des symptômes et des effets de votre charge de travail, vous devez procéder à leur analyse. Les causes pourraient être personnelles et variées. Relativement à votre temps de travail, avez-vous généralement trop de tâches à exécuter ? Vous est-il difficile de poser des limites ? Entassez-vous beaucoup de tâches à effectuer ? Faites-vous face à des conflits au travail ?

Si à ces différentes questions, vous répondez ne serait-ce qu’à deux, par « OUI », vous ne devriez pas prendre à la légère vos sentiments. Vous devez leur accorder une importance particulière. Généralement, l’être humain compare ses sentiments à ceux de ses semblables pour en tirer des conclusions. Or en réalité, cela nous met dans la position du « second ». C’est très grave. 

Comme en médecine, sans un bon diagnostic qui révèle les causes, on ne peut résoudre le mal. Tâchez alors d’identifier le cœur du problème. Dès lors que vous en connaissez la cause, il vous sera plus aisé de le traiter.

3. Identifier sa part de responsabilité

Par rapport au problème qui se pose à vous, quelle est votre part de responsabilité ? Certaines personnes pour une raison ou une autre, ont du mal à dire « NON » alors même qu’elles ne peuvent pas tenir à leur promesse. Vous devez retenir une chose : Vous n’êtes pas embauché pour être « le gentil » envers les gens. Vous êtes plutôt embauché et payé pour bien faire un travail.

Autre chose, sachez que la pression au travail n’est pas toujours due à la charge excessive de travail mais plutôt aux conditions de travail ou à votre vie privée. Allez donc au-delà des apparences pour identifier les causes qui s’y cachent. Rapprochez-vous de vos collègues pour savoir s’ils vivent également la même pression que vous et si cela est le cas, informez-vous des raisons. 

Si en définitive, votre travail ne vous convient pas, qu’il ne contribue pas à votre épanouissement, qu’il vous est nuisible, réfléchissez à la possibilité d’en chercher un autre.

4. Anticiper l’entretien d’évaluation annuelle

Il se pourrait que votre travail soit fait pour vous et que le problème qui se pose soit uniquement l’excès de charge de travail. Que devriez-vous faire ? Si selon votre constat, vous êtes submergé par les tâches à accomplir au quotidien, n’attendez pas l’évaluation annuelle de votre travail. Anticipez en demandant sans plus tarder, un entretien avec votre supérieur.

Il n’est pas toujours facile de devoir dépasser ses limites surtout si on ignore où elles sont. Toutefois, l’avantage est qu’en souffrant parce que vous dépassez vos limites, vous finirez par connaître où ces limites se situent. Si vous faites une analyse juste de ces limites, vous prendrez les mesures qu’il faut pour corriger les choses.

Annoncer ses limites à son responsable, est une chose très sage. Dès lors que vous les aurez atteintes, n’hésitez pas en parler à votre supérieur. Cela réduira les tensions à accumuler. Mais surtout, vous garderez le contrôle sur votre emploi du temps. En temps normal, votre supérieur hiérarchique devrait réfléchir avec vous aux solutions qui s’offrent à vous. Sinon, faites-le et exposez-les lui.

5. Réunir des preuves de pression au travail

Comment avancer avec objectivité que vous traversez une situation de pression au travail due à l’excès de charge de travail ? Pour y arriver, vous devez essayer par vous-même d’en trouver les explications. Répondez à la question de savoir pourquoi vous ressentez une telle pression. 

Il s’agit peut-être du degré de votre activité, la quantité des tâches à accomplir, le rythme de travail que vous accomplissez, etc. Quelle est la part d’excès de tâches à accomplir ? Quelles sont vos lacunes en matière de savoir-faire nécessaire pour accomplir les tâches de trop ?

Par exemple, prenez un carnet de note et consignez à l’intérieur, l’ensemble des tâches sur lesquelles vous intervenez durant un mois. Ensemble avec votre responsable, visitez cette liste pour déterminer si toutes les tâches que vous y avez inscrites relèvent de vos compétences ou de la description du poste que vous occupez dans l’entreprise. Vous pourriez anticiper en préparant des suggestions que vous lui présenterez d’entrée de jeu.

6. Insister auprès de son patron pour résoudre le problème de pression au travail

Il se peut que votre manager dise que vous exagérez. Que ferez-vous dans ce cas ? Si votre responsable estime que vous vous plaignez sans raison et pense que vous n’êtes pas surchargé par le travail,  vous n’aurez qu’une chose à faire immédiatement : C’est de mettre par écrit l’ensemble de vos missions.

Chaque jour et ce durant un mois, décrivez sur un papier, toutes les tâches sur lesquelles vous intervenez. Surtout, veillez à détailler autant que possible les tâches. Prenez soin de rendre cette liste la plus exhaustive possible. N’oubliez pas de mentionner la masse horaire que vous avez consacrée à chacune de ces tâches. Avec un dossier assez bien réalisé, vous serez en mesure de prouver à votre manager sans le moindre doute que votre charge de travail est excessive. Ensemble vous établirez les priorités. Vous pourrez également solliciter ses conseils sur la façon dont vous devriez gérer vos activités sans trop sentir la pression.

Grâce à la liste exhaustive des tâches que vous avez accompli le mois précédent, votre patron ne pourra pas vous refuser son aide.

7. Établir un plan d’attaque

Pression au travail - Passer à l'action
Pression au travail – Passer à l’action

Si heureusement votre patron vous prend au sérieux et confirme qu’effectivement vous avez une charge excessive de travail, procédez à la fixation des accords clairs. D’abord, vous devez vous mettre d’accord sur la quantité de travail qui vous semble supportable. L’objectif de cet entretien avec votre patron est de vous aider à établir un plan d’attaque afin de diminuer votre charge de travail. Concrètement, décrivez les actions à mener. Par ailleurs, vous pouvez préparer à l’avance les pistes de solutions. Puisqu’il demeure avant tout, votre supérieur, vous pouvez certainement lui demander de réfléchir avec vous à propos des pistes de solutions. 

Ne faites pas la grosse erreur d’éliminer les symptômes plutôt que les causes du problème qui se pose à vous. Autrement, ce serait comme voiler les choses et cela ne vous sera d’aucune utilité. Par exemple, traiter les symptômes reviendrait à consommer des somnifères afin de mieux dormir alors même que la cause de votre insomnie est la charge excessive de travail. Cela ne vous aidera pas sur le long terme. Au contraire,  vous risquez ainsi d’aggraver le problème avec le temps. 

8. Ne pas abandonner si les promesses ne sont pas tenues

Il est bien possible qu’après l’agréable discussion que vous avez eue avec votre patron, le problème demeure irrésolu. Dans cette situation, quel choix immédiat avez-vous ? C’est simple. Persévérez ! Retournez voir votre patron pour reprendre les discussions avec lui. Si nécessaire, rappelez-lui les promesses faites lors de la précédente discussion. Continuez à émettre les signaux d’alarme. Dites-lui sans langue de bois, quels sont vos sentiments et énoncez clairement vos attentes vis-à-vis de lui afin de réduire votre quantité de travail. Surtout, n’allez pas brandir une menace d’arrêt maladie. Soyez réaliste, cela n’est pas forcément la solution au problème. Il se peut qu’en passant par vos collègues, ils puissent contribuer à la solution. Essayez cela. D’ailleurs ça ne vous coûtera rien.

Cherchez à savoir si d’autres personnes du même département que vous ont le même problème de pression au travail. Si c’est le cas, tout en évitant d’amplifier la situation ou d’alourdir l’atmosphère, cherchez du soutien. Quoi qu’il en soit, continuez à faire votre travail sinon votre patron en refusant de collaborer, opterait pour une mesure déplaisante notamment le licenciement.

Si malgré que les actions dont vous avez discutées, aient été mises en œuvre, le problème perdure, il est important que vous l’annonciez en toute honnêteté sans perdre du temps. Tout ce qu’il vous reste à faire, c’est de trouver de meilleures solutions. Proposez à votre manager de l’assister dans la résolution du problème. Il acceptera s’il est de bonne foi. 

9. Demander de l’aide

Si jusque-là rien n’est fait, vous pouvez toujours solliciter une autre forme d’assistance. Il existe au sein de plusieurs entreprises, une personne digne de foi, présente pour recueillir les plaintes. Son rôle à elle est d’être le médiateur entre vous et votre patron. Dans le cas où la surcharge de travail est généralisée  au sein de l’entreprise, vous avez la possibilité d’introduire une requête auprès du conseil de l’entreprise ou adresser une demande en médiation vis-à-vis du syndicat. Cette introduction de requête ne se fera que si vous n’avez pas eu de retour à vos nombreuses demandes adressées au management. 

Vous avez également la possibilité de recourir au médecin de travail. Votre patron n’a pas à le savoir. Votre médecin de famille pourrait s’impliquer dans la résolution du problème, si cela est nécessaire.

Il se peut que votre stress et anxiété soient engendrés par la façon dont vous gérez votre travail. Dans ce cas, l’une des meilleures solutions est de faire appel à un coach. Il vous aidera à réfléchir quant à la manière avec laquelle vous appréhenderez votre mission afin que cela vous soit supportable. L’avantage avec le coach est qu’il vous prodiguera des conseils et vous suggérera des actions concrètes pour résoudre votre problème. Il n’est pas toujours évident de voir clairement tous les contours du problème lorsqu’on est soi-même directement touché. Alors en sollicitant un regard externe, vous bénéficierez à coup sûr d’une aide précieuse.

10. Prendre connaissance de ses droits

Le législateur ayant anticipé de nombreux problèmes qu’on peut rencontrer dans le milieu du travail, a pris soin d’établir un Droit du Travail. En règle générale, un employeur doit promouvoir une politique préventive afin d’éviter la pression et le stress au travail. Dans le cas où les éviter serait impossible, il est tenu de les réduire au maximum. Pour y arriver, il a le choix parmi les solutions que voici : les pauses obligatoires, les alternances, les prestations maxima, les jours de récupération, les congés annuels.

Recourir à des voies juridiques ou judiciaires, doit être une solution de dernier ressort après que toutes les autres aient été sans résultat. C’est-à-dire lorsque vous n’avez pas le moindre retour de votre manager malgré vos maintes requêtes à son endroit.

Pour aller plus loin, je vous propose de suivre cette vidéo : Comment identifier le burn-out.

Comment sortir du burn out
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...Recherches utilisées pour trouver cet article :https://relaxation-bio-dynamique com/comment-gerer-la-pression-au-travail/

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :