La lombalgie aiguë, appelée également lumbago, caractérise une forme de maux et douleurs localisée vers le bas de votre dos, au niveau de vos hanches. Il s’agit d’une affection principalement de type articulo-musculaire.

L’on récence 2 types de lombalgies : La lombalgie passagère, qu’on appelle classiquement lumbago et la lombalgie chronique (plus longue dans le temps mais également plus difficile à traiter). Votre lumbago est sans doute bénin, mais la douleur ressentie est vive et brutale dans bon nombre de cas.

Pour traiter votre lumbago, un peu de repos, une bonne posture et un léger traitement médicamenteux pour atténuer les douleurs feront souvent l’affaire. La douleur ressentie d’un lumbago peut dans certain cas être confondue avec celle ressentie en cas de sciatique, soyez prudent lors de votre diagnostic.

Origine du mal de dos

Le lumbago est souvent causé par une usure des disques intervertébraux. Cette atteinte des disques entraîne une lésion ou une tension sur vos racines nerveuses de la zone dorsale.  S’ensuit naturellement une forte et douloureuse contraction musculaire pouvant aller jusqu’à vous paralyser temporairement.

Les causes du mal de dos sont multiples et la douleur ressentie peut-être liée à certaines de vos attitudes et habitudes de la vie de tous les jours.

Situations courantes pouvant engendrer un mal de dos

Les situations responsables du mal de dos les plus souvent recensées sont :

  • Une mauvaise posture chez vous devenu habituelle (devant la télévision, devant votre PC…)
  • Un effort important et inhabituel (Le port d’une lourde charge est une cause très fréquente de mal de dos, surtout si la position de levage n’est pas adaptés)
  • Une position inhabituelle et inconfortable pour votre corps (une mauvaise assise de conduite ou quand vous dormez dans une mauvaise position par exemple)
  • Un mouvement ou un geste effectué dans une mauvaise posture, de façon ponctuelle ou répétée
  • La pratique intensive de certains sports tels que les sports de combats type judo (risque de chocs et blessures importants), la course à pied, l’équitation (vibrations malsaines), peuvent aggraver l’état d’un dos déjà fragilisé
  • Pour les femmes, le port de talon trop haut trop longtemps de façon répétée est également une des causes de douleurs assez courantes
  • Vous êtes en surpoids
  • Vous êtes sédentaires
  • Une grossesse entrainant une cambrure importante du dos
  • L’âge est également un facteur très important. L’on considère qu’a partir de 40 ans, le risque de développer une maladie au dos augmente considérablement
  • Une faiblesse des muscles abdominaux ou dorsaux

Tous ces facteurs de risque favorisent le développement ou l’aggravement d’un lumbago et d’autre affections dorsales de façon générale.

Quelques chiffres

La gravité d’un lumbago ne dépend pas de l’intensité de la douleur. Chez certaines personnes, la douleur apparait puis disparait d’elle même dans 90 % des cas dans une période de 5 à 10 semaines.

Selon les recensements de personnes atteintes par cette pathologie, 10 % des lumbago se transforme des lombalgies chroniques (durables dans le temps).

Quelques solutions courantes pour traiter votre mal

Utiliser une ceinture lombaire ou un correcteur de posture

Le port d’une ceinture lombaire ou l’usage d’un correcteur de posture permet de soulager la colonne vertébrale et les muscles du dos au quotidien. Leur utilisation doit venir en complément de vos efforts pour maintenir une posture saine. Il apporte ainsi un soutien à vos vertèbres et soulage la douleur en la rendant plus supportable.

Le repos

Le repos de la zone douloureuse est conseillé. Il est donc préférable de bouger en faisant en sorte d’éviter la douleur. Comprenez quelle position vous fait mal. En cas de mal de dos récent, vous pouvez passer les premiers jours (48h maximum) au lit si la douleur est très forte.  En cas de durabilité de la douleur, il faudra néanmoins envisager une solution complémentaire.

Les médicaments

Certains médicaments comme le paracétamol sont utilisés pour soulager la douleur. Les propriétés analgésiques du paracétamol permettent d’atténuer légèrement la douleur. Vous ne devriez pas excéder 1 g selon l’intensité de la douleur, et cela pas plus 3 ou 4 fois par jour. Faites attention à maintenir 4 heures entre chaque prise.

Des anti-inflammatoires tels que l’aspirine peuvent être utilisés en cas de douleurs plus forte et durable.

Pour une prise médicamenteuse, consulter votre médecin pour éviter tout risque de surdosage et lisez la notice pour prendre connaissance des effets secondaires. Aucune prise médicamenteuse n’est anodine pour votre organisme.

Consulter un ostéopathe, un kinésithérapeute ou un spécialiste des troubles du dos

L’ostéopathe et le kiné sont des professionnels habitués à traiter les maux du corps. Il tente de réduire la douleur notamment via de la manipulation physique de la zone dorsale douloureuse. Soyez néanmoins prudent lors du choix de votre intervenant.