De plus en plus de personnes sont malheureuses à cause du mal être au travail. Elles ne sont pas satisfaites par certaines conditions de leur vie professionnelle. De plus, elles ne l’expriment pas en toute franchise et pensent au fond d’elles à changer de travail, parfois même de carrière. Dans ce cas, il est impérativement conseillé de prendre certaines mesures.

Cependant, on a deux types de profils au travail : ceux qui chaque matin, se rendent au boulot avec beaucoup de regrets et ceux dont le boulot ne leur convient plus. Ceci dit, peu importe votre profil et votre insatisfaction dans votre travail, vos émotions et sentiments pourraient considérablement être affectés. Si vous ressentez un mal être au travail, c’est le signe que vous devez prendre le temps d’en déterminer les causes afin de surmonter ce malaise. Découvrez dans cet article quelles peuvent être les raisons d’un mal être au travail.

Le mal être au travail, c’est quoi ?

Mal être au travail : Pourquoi vous êtes malheureux
Mal être au travail – Pourquoi vous êtes malheureux

Ces dernières années, on assiste à une recrudescence des consultations visant à aider des personnes montrant des signes de souffrance au travail. Il y a encore dix ans de cela, ce type de consultation existait à peine. Les troubles associés au travail n’étaient pas vraiment reconnus. Ces consultations spécialisées dans la prise en charge de la souffrance au travail se font au sein des centres hospitaliers, dans les services de pathologies professionnelles.

Voici quelques facteurs qui démontrent que vous souffrez possiblement d’un mal être au travail :

1/ Les mésententes avec les collègues

Il peut arriver que vous ayez des différends avec un de vos collègues au bureau. Bien que cela puisse paraître banal, vous ne devriez pas avoir ce genre de rapport avec tous vos collègues. Vous êtes probablement malchanceux si vos collègues vous ennuient. Il est aussi fort possible que la culture d’entreprise soit toxique. Qu’à cela ne tienne, ce n’est pas une bonne situation si vous êtes constamment ennuyé par des histoires au bureau. Selon l’association américaine de psychologie (The American Psychological Association), le stress permanent ne pèse pas seulement sur votre esprit, mais il a aussi des conséquences physiques. Tâchez donc de prendre des dispositions pour travailler dans un environnement où vous ne vous sentirez pas attaqué chaque jour. Dans le cas contraire, cela s’avérera nocif pour votre santé sur le long terme.

2/ Une mésentente avec son employeur

Il y a tellement de clichés sur les employeurs insupportables et difficiles, mais avoir un bon patron est en réalité plutôt important. En effet, il est tout aussi nécessaire d’avoir quelqu’un qui vous met un peu de pression dans ce que vous faites. Ainsi, accordez-vous au style de direction de votre chef car le contraire pourrait devenir un problème majeur. Vous tomberez dans la dépression surtout si c’est un tyran.

3/ Éprouver des angoisses les dimanches à la pensée de reprendre avec le travail le lundi

Les lits sont confortables et c’est compréhensible qu’on veuille y passer son temps. Ceux qui ne sont pas matinaux et énergiques dès le lever du jour préfèrent souvent rester sous la couette et faire ce qu’on appelle la grasse matinée. C’est pourquoi il est tout à fait normal de se sentir triste le dimanche soir quand vous savez qu’il faudra vous lever le lendemain pour aller travailler. Par contre, si vous lever tôt est assimilable à une corvée difficile et laborieuse tous les jours, c’est surement le signe que vous redoutez d’aller au travail.

Les personnes qui ont dû quitter leur emploi ou faire une reconversion professionnelle ont généralement ce même témoignage : « Je détestais tous les dimanches soirs, c’était la déprime totale ». Une fois qu’ils ont quitté leur emploi, ce sentiment a disparu et ils se sont épanouis dans un nouvel environnement.

4/ Un salaire insatisfaisant

Vous êtes peut être épanoui dans votre travail mais il ne paie pas assez. Peut être que ça vous convenait au début mais vous souhaitez être mieux rémunéré maintenant que vous avez accepté plus de responsabilités. Si vous êtes démoralisé à cause de votre salaire, il est probablement temps d’en discuter avec votre patron. L’autre alternative serait d’aller dans une entreprise qui vous rémunère selon votre réelle valeur ajoutée.

5/ Ne pas passer autant de temps qu’on le voudrait avec ses amis et sa famille

Les conséquences d’un mauvais équilibre travail/vie personnelle peuvent être nombreuses. Elles peuvent aboutir à une triste vie et rendre même solitaire. Cela risque fort de porter préjudice à vos relations personnelles si vous êtes constamment entrain de travailler. Que ce soit au bureau ou sur votre ordinateur quand vous êtes de retour à la maison. Il serait temps d’y réfléchir car cela n’est pas bénéfique pour vous de rester dans un tel environnement de travail.

Selon le professeur de psychologie Shawn M. Burn dans Psychology Today : « les lieux de travail qui veillent au bien-être des employés et leur permettent de se reposer produisent des collaborateurs durables qui ne deviennent pas inefficaces ou font du burn-out ».

6/ Une difficulté pour se concentrer

Vous prenez place à votre bureau, prêt à travailler. Pourtant, des heures plus tard vous n’avez toujours pas avancé. En fait, vous avez passé plus de temps à parcourir vos réseaux sociaux. Si vous n’êtes pas une personne incompétente qui n’arrive pas à se concentrer, il est fort probable que votre job ne vous convienne pas du tout. Il est aussi important de noter qu’un esprit errant peut être le signe d’un mécontentement et d’insatisfaction au travail. Aussi, si vous avez souvent l’esprit volatile au travail, cela est un indicateur qu’un élément dans votre travail ou vos conditions de travail vous perturbe.

7/ Se lamenter régulièrement de son travail

Si vous êtes malheureux et insatisfait dans votre travail, il est fort probable que vous commenciez à passer beaucoup de temps à en parler à vos proches (famille, amis, conjointe etc.). Vous leur racontez à quel point votre travail est détestable en ce moment. Toutefois, vous pouvez vous plaindre autant que possible, cela ne changera pas car vous êtes bloqué dans une impasse. Se plaindre est un cercle vicieux. Si vous parlez constamment de comment les choses vont mal, vous renforcez vos pensées négatives.

8/ Être constamment irrité

Si vous êtes malheureux au travail, il vous arrive probablement de parler agressivement à vos collègues. Peut-être lorsque leurs téléphones vibrent ou s’ils parlent trop fort à coté. Plus grave encore, votre humeur dégradante va vous suivre à la maison. Gâchant ainsi peu à peu vos relations avec vos amis et membres de la famille.

Pour régler le problème définitivement, il est urgent d’identifier l’élément déclencheur. La meilleure façon de réduire cette irritabilité est d’identifier le problème et de s’en occuper directement.

Stress et évolution des conditions de travail

Mal être au travail : Pourquoi vous êtes malheureux
Mal être au travail – stress et évolution des conditions de travail

L’évolution des conditions de travail est source de souffrance au sein de certaines entreprises. En effet, l’augmentation des cadences, les mises sous pression, les conditions inadéquates de contrat, le chômage et autres, concourent à l’augmentation du stress chez les salariés autant que chez les cadres. Le stress est un état de tension à la fois psychologique et physiologique. C’est un état dans lequel la vigilance est très élevée. Le corps et le cerveau réagissent plus vite et peuvent réaliser de meilleures performances.

De prime abord, le stress est avant tout un état d’alerte face à un danger. Par exemple, lorsqu’on repère un animal dangereux, il y a instantanément production d’adrénaline. Cette sécrétion d’hormone prépare alors le corps à la fuite ou à la confrontation. Ainsi, cette condition physiologique améliore également les performances. Par contre, sécrété à un niveau trop élevé, cette hormone devient destructrice et contre-productive. A long terme, elle génère des troubles importants (épuisement, dépression, etc.).

Le stress a toujours été pointé du doigt comme la principale source de souffrance au travail. Toutefois beaucoup de méthodes destinées à maîtriser cette condition se sont développées. Le stress est inhérent à toute situation de travail et il faut bien que chacun apprenne à le contrôler. C’est pourquoi l’organisation du travail et ses conditions s’activent à lutter contre le stress au travail. Mais il revient à l’entreprise de pouvoir garantir des conditions de travail favorables et qui génèrent le moins possible de pression psychologique.

1/ Mal être au travail : C’est aussi la responsabilité des entreprises

Le chemin de l’épanouissement professionnel est un long fleuve pas du tout tranquille. Les entreprises ont un véritable rôle à jouer pour vous accompagner dans cette démarche. L’environnement professionnel s’intéresse plus aux chiffres qu’aux individus. C’est surtout aux managers de vous aider à reprendre confiance, à cultiver la patience et la coopération. Malheureusement, nombreuses sont les entreprises qui manquent de bons managers.

2/ Mal-être au travail : Où se faire aider ?

Nombreuses sont les associations qui prennent naissance pour aider les salariés tant sur le plan psychologique, médical que juridique. Ainsi, la médecine du travail peut être un premier cadre pour en parler. Sans oublier les maisons du droit et de la justice, elles sont également disposées pour ce genre de problèmes. Fil Santé Jeunes au 0800 235 236 et Jeunes Violence Ecoute au 0808 807 700 peuvent également être à votre écoute en cas de souffrance au travail.

Mal être au travail : Retrouver santé et vitalité avec la relaxation bio-dynamique

Relaxation bio-dynamique contre le mal être au travail
Relaxation bio-dynamique contre le mal être au travail

Toutes ces conditions peuvent s’apparenter chez certains sujets à des situations d’urgence. Les mutations de toutes sortes auxquelles les travailleurs font face aujourd’hui, entraînent des fatigues cumulées et dégradent peu à peu le plein épanouissement de l’être intérieur. C’est face à tous ces fléaux sociaux que j’ai mis sur pied une pratique novatrice qui continue de faire ses preuves. Pratique qui s’apparente à certains arts corporels comme le Yoga, le Tai-Chi, le Hatha-Yoga et le Ba Gua Zhang. C’est en effet quelque chose de profond et durable. Idéal pour vous redonner du tonus et évacuer toute forme de stress de façon naturelle.

1/ L’énergie interne vers l’épanouissement personnel

De la position à quatre pattes, croisez les mollets, jusqu’à vous retrouver assis en tailleur. Étirez les jambes et les pieds en avant, puis allez positionner tranquillement vos mains sur les pieds. Dans une expiration, relâchez les muscles des jambes et du dos.

Cet exercice vous apprend, en expirant par des petits mouvements en avant, à relâcher tous les muscles. Dos, cuisses, adducteurs, ainsi que des jambes, il s’agit d’une excellente technique d’assouplissement si celle-ci s’effectue correctement.

2/ La conscience régénératrice vers l’épanouissement de soi

Assis en tailleur, étirez devant vous en touchant le sol, le ventre, les avant-bras, le centre, le haut du dos et le front. Transférez le bassin en avant et posez les genoux sur le sol, le corps en position chat. Etirez la jambe gauche loin derrière, les bras en extension devant. Etirez le dos et le talon de la jambe tendue. Refaites l’exercice avec l’autre jambe puis ramenez les talons au sol.

Cet exercice permet de passer tranquillement et sans douleur d’une position en tailleur à une position d’extension du corps. La pratique réalisée dans cette forme, réactive l’énergie de l’ensemble du corps et permet de reprendre le lien avec l’espace externe en ramenant l’énergie dans l’axe du dos.

3/ La puissance intérieure : Une attitude vers tout changement

Debout, en position genoux fléchis, ramenez les doigts des mains sous les orteils. Étirez le bas du dos, les jambes et les genoux vers le haut. Les yeux entre les genoux, relâchez le bassin et le bas du dos. Puis en relâchant les orteils, libérez les doigts des mains et remontez tranquillement en déroulant chaque partie du dos, la tête en dernier. Ensuite, les mains se rassemblent vers l’estomac pour s’étirer vers le haut, en inspirant. Le corps en extension, en appui sur les orteils, laissez retomber les bras le long du corps et les talons sur le sol en expirant. Fermez les yeux un instant, et ressentez toutes les répercussions énergétiques dans l’interne et par l’ensemble du travail.

Cette pratique relâche le bassin, étire le bas du dos et redonne une parfaite sensation d’assouplissement. Dans sa phase d’inspir et de relâchement des bras vous découvrez les nouvelles sensations internes en relation avec les exercices réalisés auparavant.

Pour aller plus loin dans cette démarche, je vous propose de suivre la vidéo suivante : Formateur bien etre au travail.



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :