La fatigue chronique peut considérablement affecter votre vie (professionnelle et personnelle). Douleurs musculaires et articulaires, malaise généralisé, autant de symptômes qui peuvent faire avorter vos projets et vos objectifs. Elle se manifeste également par des insomnies à répétition, des migraines et surtout par une fatigue persistante (5 voire 6 mois minimum). Cependant, la cause de ce syndrome n’est pas connue avec certitude. Ainsi, il n’existe pas de traitement spécifique dont l’efficacité ait été clairement démontrée.

La fatigue chronique est une maladie qui se définit par une atteinte profonde. Elle se traduit par une lassitude qui se développe au fil du temps. A terme, elle conduit à une baisse de la concentration, de la capacité mentale et de l’énergie. Découvrez dans cet article comment soulager la fatigue chronique.

Fatigue chronique : causes et conséquences

Comment soulager la fatigue chronique ?
Comment soulager la fatigue chronique ?

Bien que les cas de fatigue chronique aient été recensé depuis les années 1750, ce qu’en 1992 qu’il sera reconnu comme une maladie par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Pourtant, à ce jour les causes exactes de la fatigue chronique restent inconnues. Toutefois, certains éléments déclencheurs pourraient favoriser son apparition comme : une déficience immunitaire, un traumatisme psychologique ou une infection virale. En outre, tant que les causes exactes demeurent inconnues, il n’y a aucun moyen de le prévenir concrètement.

1/ Les causes de la fatigue chronique

Une personne sur six serait atteinte par la fatigue chronique, une maladie difficile à diagnostiquer quoique occasionnant une souffrance réelle. Les femmes semblent davantage prédisposées que les hommes. Elle semble également privilégier les personnes perfectionnistes.

De façon générale, la fatigue chronique se présente comme une réaction inadéquate face à un stress très important. L’individu se retrouve alors incapable d’y faire face. D’un point de vue psychologique, les personnes maltraitées dans leur enfance sont davantage exposées à développer cette maladie. Par ailleurs, le stress occasionné par certaines maladies sur l’organisme peuvent également rendre plus vulnérable.

En revanche, aucune sensibilité psychologique, ni une maladie préexistante ne condamne à la fatigue chronique. Ce ne sont que des facteurs qui peuvent favoriser son apparition.

La fatigue chronique liée à une cause fonctionnelle (psychique ou psychiatrique)

En général, la fatigue représente jusqu’à 25 % des motifs de consultation en médecine. Dans la plupart des cas, elle s’accompagne d’autres symptômes. Devant une telle forme de fatigue, un bilan médical complet est nécessaire pour rechercher les causes possibles.

Les causes spécifiques de la fatigue chronique sont :

  • Le surmenage et le stress chronique caractérisés par un épuisement total, une activité trop intense au travail, un changement familial récent (naissance d’un enfant, séparation de couple, déplacement etc…)
  • Une mauvaise hygiène de vie suivi d’une activité physique ou une perte musculaire résultant de la sédentarité du sujet.
  • Une alimentation inapproprié ou déséquilibrée.
  • La dépression et l’anxiété avec une fatigue qui apparaît en général dès le réveil avec des maux de tête, des troubles du sommeil, une irritabilité…
  • La prise excessive de médicaments tels que les antidépresseurs, les psychotropes, les diurétiques, les bêta-bloquants…
  • La prise régulière de drogues comme la cocaïne, mais aussi le tabac ou l’alcool.

La fatigue chronique liée à une maladie physique

En outre, la fatigue chronique peut être un symptôme d’une maladie physique comme :

  • hypothyroïdie (maladie endocrinienne) : baisse de la sécrétion d’hormones thyroïdiennes, hypophysaire
  • Une maladie métabolique : diabète, insuffisance rénale, mauvaise alimentation, hypokaliémie, hypercalcémie, etc
  • Tout type de cancer
  • Une maladie auto-immune : sarcoïdose, polyarthrite, spondylarthrite ankylosante, etc.
  • Une infection : hépatite, mononucléose, tuberculose, etc.
  • Une maladie neurologique : maladie de Parkinson, sclérose en plaques, myasthénie, etc.
  • Un accident vasculaire cérébral, etc.
  • Une maladie respiratoire : syndrome d’apnée du sommeil, bronchite chronique, etc.
  • Une maladie du foie : hémochromatose, cirrhose, etc.

2/ Les conséquences de la fatigue chronique

Les conséquences de la fatigue chronique nombreuses. En effet, cette maladie impacte considérablement la qualité de vie et le quotidien du sujet. Cela tant sur le plan personnel que professionnel :

  • Tendance à l’isolement et au renfermement sur soi
  • Mauvaise concentration et mémorisation qui se répercutent sur la qualité du travail
  • Risques accrus d’accidents, de chutes, ou de traumatismes
  • Tristesse et sentiment de déprime
  • Prise de poids incontrôlée, diabète et risques de maladies cardio-vasculaires (en fonction du contexte).

Comment traiter la fatigue chronique ?

Le traitement de la fatigue chronique dépend de la cause sous-jacente. Cependant, le soutien moral est important car les conséquences sont telles que les malades sont souvent mis en quarantaine. Toutefois, il n’existe pas encore de traitement spécifique au syndrome de fatigue chronique. En effet, les solutions proposées aujourd’hui visent uniquement à atténuer les symptômes.

1/ Comment soigner la fatigue chronique : Les traitements non-médicamenteux

a- Comment gérer la fatigue chronique : La rééducation fonctionnelle

De nombreux essais thérapeutiques ont démontré que la rééducation fonctionnelle par l’exercice était intéressante pour des patients souffrant du syndrome de fatigue chronique. Le patient étant informé, le docteur le soumet à des exercices tels que la marche, la natation ou le vélo. Il peut également s’agir des exercices à faire à la maison plusieurs fois par semaine sur une durée de 5 à 10 minutes, selon le niveau de performance du patient. De plus, cette thérapie par l’exercice physique permet de réduire des symptômes tels que les troubles du sommeil et la fatigue.

b- Comment surmonter la fatigue chronique : La thérapie cognitive et comportementale (TCC)

Outres toutes les autres formes de thérapies existantes à ce sujet, les psychothérapies cognitives ne doivent pas être négligées. Selon une étude menée, la TCC améliore le bien-être général des patients. Dans plus de 60% des cas, cette prise en charge améliore la qualité de vie et diminue l’impression de fatigue. Cette forme de thérapie psychologique aide les patients à développer les bonnes attitudes face aux situations difficiles. Par conséquent, les malades gèrent mieux leurs symptômes, surtout ceux liés au stress.

c- Comment soulager la fatigue chronique : L’auto-thérapie

La fatigue chronique est une maladie complexe, c’est pourquoi les patients doivent mieux se connaitre et comprendre ce qu’ils vivent. Ainsi, le patient doit être en mesure de connaitre ses limites. Mais aussi de reconnaître les signes avant-curseurs pour s’arrêter avant le dépassement de ses limites. Il doit aussi apprendre des méthodes de relaxation pour apprendre à maitriser les situations de stress, et réduire les troubles du sommeil. Ces mesures s’accompagnent aussi d’une alimentation saine et équilibré et d’une activité physique régulière pour améliorer son bien-être. 

2/ Comment sortir d’une fatigue chronique : les traitements médicamenteux

Comment sortir d'une fatigue chronique : les traitements médicamenteux
Comment sortir d’une fatigue chronique ?

a- Les antidépresseurs

A faible dose, les antidépresseurs agissent sur la douleur des patients par leur effet dynamisant. Ce type de médicaments peut donc être prescrit en cas de dépression car ils font parti de la famille des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS). Les anxiolytiques peuvent eux aussi être prescrits chez les patients souffrant d’une dépression ou d’une fatigue chronique.

 b- Les antiasthéniques

Des cures de vitamine C, E, B, acides aminés, sels minéraux et autres stimulants peuvent être prescrits par le médecin. Ces produits sont des médicaments disponibles en pharmacie. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien pour choisir la cure qui correspond à vos besoins.

C- Les antidouleurs

Parmi la panoplie d’antidouleurs qui existe, des anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, paracétamol ou l’aspirine) peuvent être prescrits. Ils permettent de lutter contre les maux de tête et les douleurs musculaires.

Comment combattre la fatigue chronique grâce à la relaxation bio-dynamique ?

L’épanouissement de votre être peut être entravé par de la fatigue cumulée. Il peut alors s’ensuivre des crises d’anxiété, de spasme ou d’insomnie. Les personnes vivant ce stress négatif ont tendance à se précipiter directement dans des sports de décharge. en quête de résultats immédiats.

La relaxation bio-dynamique a une démarche tout autre. Elle vous permet de retrouver votre équilibre psychosomatique, de réguler votre tonus et surtout d’éprouver un état de bien-être. La relaxation bio-dynamique s’inspire de certains arts souples (également appelés arts corporels ou arts énergétiques) tels que : le Hatha-yoga, le yoga taoïste interne, le Ba Gua Zhang, etc. Il s’agit d’une solution profonde, durable, visible et mesurable. Lorsque vous la pratiquez régulièrement, vous retrouvez votre joie de vivre.

1/ Respiration et harmonisation Corps – Espace

Le premier exercice s’effectue debout, les épaules complètement relâchées. Inspirez en ouvrant les épaules vers l’arrière (les mains posées sur les cuisses). Ensuite, dans une grande expiration, les épaules basses, ramenez-les devant. Puis, en ouvrant tout l’axe du dos et en restant le plus droit possible sans raidir les lombaires. Dans une respiration de plus en plus profonde, refaites l’exercice trois à quatre fois (en pleine conscience de toutes vos sensations internes) et dans une amplitude avant-arrière.

En gardant les épaules basses, cet exercice vous permet dans la phase d’inspiration, une ouverture du corps vers l’arrière, la cage thoracique et les poumons. Il s’en suit une augmentation de l’oxygène interne, et dans la phase d’expiration, une rétraction de l’abdomen et du thorax, une ouverture du dos et de la colonne vertébrale. Cet exercice prépare à l’expression consciente de la relation à l’autre. Son but est de renforcer l’aisance respiratoire. Il favorise également la concentration, l’écoute de soi-même, la confiance en soi et en l’effort.

Cet exercice est particulièrement profitable à toutes les personnes exerçant des professions en situation de communication fréquente. Pratiqué régulièrement, cet exercice renforce la compréhension, l’acceptation des autres.

2/ Libération des tensions musculaires et conscience corporelle

Le poignet complètement relâché, la main ouverte, tapotez le haut des muscles cervicaux, trapèzes, épaules ainsi que sur les bras, coudes, avant-bras, à droite et à gauche. Ensuite, revenez et tapotez au niveau des poumons, du thorax, du ventre, des cuisses, des genoux, des tibias, des mollets, des adducteurs, du bas du dos, des reins avec le dessus des poignets. Puis, remontez le long du corps jusque sur la tête.

Après cette phase de percussions corporelles, les deux mains entrelacées, essuyez-vous les cheveux, le visage. Ensuite balayez avec vos mains le reste du corps, en dirigeant vers la terre, les énergies superflues de l’enveloppe corporelle. A présent, les doigts enlacés, étirez les bras vers le haut, puis inspirez profondément et relâchez vos bras le long du corps. Fermez les yeux un instant et ressentez les effets internes et la répercussion des exercices dans tout votre corps.

En re-stimulant l’ensemble des muscles, clavicules, épaules, bras, ainsi que tous les muscles du corps, par un mouvement de percussions avec les poignets et la main elle-même complètement relâchée, vous libérez les mini-tensions situées dans les articulations ainsi que dans les fascias organiques et musculaires. Cette pratique favorise l’élimination des toxines des muqueuses dans la paroi pulmonaire et redonne à l’ensemble du corps une tonification énergétique.

De même, avec la posture des doigts entrelacés soutenant le ciel, vous commencez à acquérir une respiration abdominale facilitant les mouvements rythmiques du diaphragme, avec un effet de massage interne régulier des organes de la cavité abdominale. Cet exercice permet d’éliminer les tensions fixées au niveau des fascias musculaires et organiques tout en stimulant l’assimilation de l’oxygène présent dans les poumons et réactivant la conscience corporelle.

3/ Libération des tensions accumulées dans le bassin

Debout, dans une attitude droite, les yeux fermés, écartez les pieds dans la largeur des épaules. Fléchissez vos genoux et ramenez votre conscience au niveau du bassin. Sans bouger le reste du corps, découvrez, par la mise en mouvement du sacrum, un basculement avant arrière. Cela stimule l’étirement du bas du dos et de la colonne vertébrale. Ce mouvement avant-arrière ainsi que sur les côtés à droite puis à gauche, produit un étirement des vertèbres sacro-lombaires.

En gardant les talons au sol, cet exercice s’accompagne de rotations dans les deux sens autour de l’axe du bassin. Les bienfaits de cet exercice se manifestent par une libération des tensions et une élimination des toxines accumulées au niveau du bassin. Cela réactive en même temps le système parasympathique autonome (système adrénergique) et génère, grâce à une pratique quotidienne, une plus grande souplesse en soi et dans sa relation à l’environnement.

Une pratique régulière de cet exercice développe la souplesse et la mobilité du corps et favorise l’aisance physique dans la relation aux autres.
Cette forme, essentiellement utilisée dans la pratique de l’Aïkido, propose un « regard différent », dans la façon d’aborder les situations de stress négatif ou de conflits personnels et/ou professionnels.

Pour aller plus loin, je vous propose de suivre la vidéo suivante : 5 solutions face à un état de fatigue.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :